Déchets marins

La problématique des déchets marins est une préoccupation de l’Accord. En effet, ceux-ci représentent une menace pour la diversité biologique, la qualité du milieu et ils impactent l’économie littorale, notamment le tourisme et la pêche, voire parfois la santé humaine

Dans cette optique RAMOGE entreprend des campagnes de recensements des déchets échoués sur les plages et sur les fonds marins. Ces campagnes ont permis, dans un premier temps d’évaluer la distribution et ces déchets et d’en déterminer les sources. Ces recensements permettent de préconiser, à partir de ces éléments, des actions ciblées et plus efficaces qui conduisent à réduire leur nombre.

Les campagnes de surveillance ont été menées notamment ces dernières années sur des plages en Ligurie, à Monaco et en région Provence Alpes Côte-d’Azur, selon un protocole de surveillance conforme à la Directive Cadre Stratégie du Milieu Marin,

Ces travaux ont montré l’importance des déchets plastiques, provenant notamment des emballages alimentaires, des plastiques à usage unique, en particulier les cotons tiges, des mégots de cigarette, et des bois flottés, pouvant constituer un danger et représenter une charge financière conséquente pour les collectivités qui doivent le ramasser. Ces résultats montrent l’importance de sensibiliser, le public et également les collectivités territoriales. Outre la diffusion de documents à caractère éducatif et la participation à des programmes soutenant la gestion des collectivités locales. L’Accord, souhaite encourager les communes, côtières ou non, à favoriser la mise en place des dispositifs permettant de réduire la quantité de déchets qui arrivent dans le milieu marin.

Cette démarche sera prochainement étendue à l’ensemble des collectivités territoriales de la zone RAMOGE.

Par ailleurs, l’Accord a participé à la campagne « Je navigue, je trie » afin de sensibiliser les plaisanciers de la zone RAMOGE à la nécessité de la récupération et du tri des déchets dans les ports.

Le bilan concernant les déchets sur les fonds marins a été réalisé lors des campagnes exploratoires RAMOGE concernant la biodiversité et les pressions anthropiques en milieu profond, Les résultats des travaux effectués en 2016, entre 50 et 465 m , à bord du navire océanographique Astrea de l’ISPRA (Italie), et en 2018, jusqu’à 2500 m, à bord du navire Atalante de l’IFREMER (France), grâce au soutien de la préfecture maritime, ont montré l’existence de zones d’accumulation et l’importance des canyons pour la canalisation des flux vers le fond. Les travaux ont permis par ailleurs de définir les bases scientifiques et techniques d’une surveillance des fonds marins, en précisant notamment les différents biotopes, leur degré d’altération et les stratégies nécessaires à leur surveillance.


Paramola curvieri sur un déchet métallique, sur un fond vaseux