Historique et zone de compétence

C’est en 1970, lors de l’assemblée plénière de la Commission Internationale pour l’Exploration Scientifique de la Méditerranée (CIESM), que le Prince Rainier III de Monaco, conscient de la nécessité de préserver la mer Méditerranée et de mettre en œuvre des actions communes pour limiter les pollutions marines, annonce sa volonté de mettre en place une zone pilote qui constituerait un laboratoire d’idées en matière de protection de l’environnement marin.

Cette initiative a été favorablement accueillie par les gouvernements français et italien et s’est concrétisée le 10 mai 1976, par la signature officielle au Palais Princier de l’Accord « RAMOGE ». L’Accord doit son nom aux premières syllabes des trois villes qui limitent alors sa zone de compétence : Saint-RAphaël à l’Ouest, MOnaco et GEnes à l’Est.

Cet accord relatif à la protection des eaux du littoral méditerranéen, qui s'inscrit dans le cadre de la Convention de Barcelone et du Plan d'Action pour la Méditerranée qui en découle, a été ratifié par les trois pays et est entré en vigueur au cours du premier semestre 1981. C’est à cette occasion que la zone de compétence d’origine a été élargie de Marseille à La Spezia, plus précisément de l’embouchure du grand Rhône à l’embouchure de la rivière Magra, pour mieux prendre en considération les découpages administratifs de chacun des Etats. Ainsi, les régions Provence-Alpes-Côte-D’azur et Ligure sont pleinement incluses dans le périmètre de l’Accord.

En 1993, avec la mise en place du Plan RAMOGEPOL, l’Accord RAMOGE voit sa compétence étendue en Haute mer.

Cet Accord RAMOGE symbolise une nouvelle approche de préservation du milieu marin et introduit la notion de coopération et de solidarité sous-régionale.

En plus de quarante années d’activité, RAMOGE s’est forgé une solide expérience en matière de lutte contre les pollutions marines et littorales, de protection de la biodiversité et s’est également fortement investi pour la sensibilisation des jeunes à l’environnement marin.