Voir tous les événements

Monaco Ocean Week 2018
lundi 23 avril 2018

Atelier régional sur la surveillance et la gestion de la prolifération des algues nuisibles

 

 

                                                               

 

 

 

Cet atelier organisé par l'Accord RAMOGE et l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA, www.iaea.org) en partenariat avec, IOC-SCOR GlobalHAB (www.globalhab.info) et la NOAA s'est tenu dans le cadre de la Monaco Ocean Week du 9 au 12 avril 2018 au Musée Océanographique de Monaco. L'atelier s'est concentré sur trois sujets principaux: la surveillance des espèces benthiques, la surveillance des toxines dans les ressources marines et les fruits de mer et l'épidémiologie.

Plus de 60 participants, dont des scientifiques et gestionnaires côtiers de plus de 30 pays, ont participé aux projets de coopération technique de l'AIEA en Asie-Pacifique, en Afrique, en Amérique latine et dans les Caraïbes. Les Participants et experts venus d'Algérie, Bangladesh, Brésil, Chili, Colombie, Costa Rica, Cuba, El Salvador, Fidji, France, Guatemala, Indonésie, Italie, Koweït, Malaisie, Marshall, Maurice, Mexique, Monaco, Nicaragua, Pakistan, Panama, Philippines, Seychelles, Espagne, Thaïlande, Tunisie, États-Unis, Uruguay, Venezuela, Viet Nam et de l'Organisation des Nations Unies FAO et l'OMS.

Avant la réunion, des sondages ont été distribués aux participants afin d'identifier les principales lacunes ainsi que les outils disponibles dans leurs régions respectives. A partir des réponses, les experts ont pu proposer des exercices de groupe. En outre, une démonstration pratique et une analyse des différentes méthodes d'échantillonnage pour les microalgues benthiques ont pu être présentés. Ainsi l'atelier a contribué à améliorer les compétences des participants en établissant un programme de surveillance des HAB toxiques, dans une perspective d'évaluation des risques. Dans le prolongement de l'atelier, un exercice d'intercomparaison des méthodes d'échantillonnage sera réalisé grâce aux kits de substrats artificiels distribués aux participants. Les participants effectueront des prélèvements dans leurs zones en parallèle aux échantillons de substrats naturels (macroalgues). Les résultats aideront à éclairer les méthodes d'échantillonnage et, si possible, établiront des outils pour les procédures normalisées. L'exercice est ouvert à l'ensemble de la communauté internationale.