Voir tous les événements

Opération OSCAR-MED 2018
jeudi 7 juin 2018

Synthèse de l’opération et de la réunion d’échanges avec les procureurs des pays parties.

Les 15 et 16 mai l’opération de surveillance coordonnée de lutte contre les rejets illicites en Méditerranée, OSCAR-MED 2018, a été menée conjointement par les autorités françaises et italiennes. L’opération était dirigée par la Guardia Costiera, le Ministère de l’Environnement italien en partenariat avec la préfecture maritime de la Méditerranée (PREMAR MED).

La zone d’opération ci-dessus rapportée en rouge, a été déterminée en raison de l’importance du trafic maritime. Cette surveillance visait principalement les navires transportant des marchandises dangereuses et toxiques, transitant par les ports de Gênes, de La Spezia et de Savone dans afin de détecter d’éventuels rejets illicites.

La délégation italienne et française ont mis à disposition leurs moyens aéronautiques de lutte antipollution. Au total les aéronefs ont survolé la zone d’opération pendant plus de 18 heures et les moyens nautiques ont patrouillé pendant 34 heures.

L’agence européenne de sécurité maritime (AESM) a mis à disposition de l’opération OSCAR-MED des clichés satellitaires de la zone concernée qui permet de visualiser une tache de pollution.

Au total les aéronefs ont survolé la zone d’opération pendant plus de 18 heures et les moyens nautiques ont patrouillé pendant 34 heures.

Aux termes de l’opération une tache suspecte a été détectée mais, qui s’est avérée fort heureusement, n’être qu’une accumulation de pollen si bien qu’aucune infraction n’est à déplorer. Cette encourageante situation peut s’expliquer par la pression exercée sur les commandants et les équipages des navires grâce à l’amélioration des moyens de détection des pollutions de plus en plus sophistiqués et la régularité des contrôles.

A l’issue de l’opération, une réunion d’échanges avec les acteurs de la lutte antipollution et les procureurs des pays parties a permis aux uns et aux autres de mieux se connaitre et d’acquérir des informations précieuses sur les procédures judiciaires en vigueur dans leurs pays voisins.

 

 

 

       

       

 

 

Photos : © Guardia Costiera Genova