Voir tous les événements

Le programme biennal se termine
mardi 18 décembre 2018

51ème réunion de la Commission RAMOGE

Ces 5 et 6 décembre s’est tenue la 51ème réunion de la Commission RAMOGE, qui clôture le programme d’activités lancé en 2017 et valide le nouveau programme d’activités pour ce deux prochaines années.

Ce biennium s’est déroulé sous la Présidence française, représentée par S.E.Madame Marine de Carné de Trécesson, ambassadrice de France à Monaco.

Durant son mandat, la coopération entre les pays Parties de l’Accord RAMOGE s’est encore intensifiée. Retenons quelques exemples évocateurs de cette remarquable coopération sous régionale.

La Commission se félicite de la réactivité du volet opérationnel de lutte contre les pollutions qui s’est illustré lors de l’accident de pollution survenu cet automne au large de la Corse entre le Navire Ulysse et le Virginia où plus de plus de 500 m3 de fioul lourd se sont déversés en mer. Grace à l’activation très rapide du Plan RAMOGEPOL, 41 navires et 11 aéronefs étaient mobilisés sur zone pour participer de façon efficace à la récupération des hydrocarbures.

Pour ce qui concerne le volet scientifique, celui-ci connait depuis 2015 une nouvelle dynamique avec des campagnes d’exploration océanographique dans des zones d’intérêt écologique afin d’approfondir la connaissance de ces milieux.

En effet, cette année, la délégation française a gracieusement mis à disposition de l’Accord RAMOGE, un remarquable navire scientifique de l’IFREMER, « l’Atalante » et ses équipements de recherche afin d’explorer des zones profondes jusqu’à plus de 2500m de profondeur. Ces études communes permettent d’évaluer les pressions qui s’y exercent et de proposer des recommandations aux états pour préserver l’état de conservation de ces écosystèmes profonds.

L’Accord RAMOGE a également, en collaboration avec l’AIEA lors du colloque organisé pendant la Monaco Ocean Week, apporté son expertise auprès de 30 pays afin d’améliorer la surveillance des microalgues toxiques.

 Notons aussi, que l’Accord commence à intéresser les pays riverains de la Méditerranée et qu’il est de plus en plus souvent invité à partager son expérience auprès des instances internationales (Convention de Barcelone, ROMI, REMPEC, EMSA, CAR/ASP, UICN,..).

A l’issue de la Commission S.E.Madame Marine de Carné de Trécesson a remis ses pouvoirs à la délégation italienne, représentée par Madame Mariacarmela Giarratano, Directrice de la préservation du milieu marin au Ministère de l’Environnement italien.