Le Plan RamogePol

Zone d'application du Plan RamogePol & Lion plan
En 1993, la France, l’Italie et Monaco décident, dans le cadre de l’Accord RAMOGE, d’établir un plan d’intervention pour la lutte contre les pollutions marines accidentelles en Méditerranée.

La zone d’application de ce plan s’étend de l’embouchure du Grand Rhône à l’Ouest et le feu de Capo d'Anzio à l’Est, en englobant la Sardaigne et la Corse.

Cette zone comprend deux sous-zones, la première où la mise à disposition réciproque de moyens est automatique, et la seconde où l'intervention conjointe est prévue seulement suite à une demande de l'autorité nationale concernée par l’événement de pollution.

Le contenu de ce plan est très concret et décrit l'ensemble des procédures opérationnelles, des moyens mis à disposition, les délais, la nature des savoir-faire.

Ce plan d’intervention est en permanence actualisé en 2005, 2012 et de nouveau aujourd’hui en 2016.

En 2012, les modifications du plan prenait en compte les nouvelles dispositions de lutte antipollution mises en œuvre en Italie, insérait une procédure de sollicitation des moyens d’urgence autres que ceux des pays parties (annexe I’) et décrivait les différentes doctrines d’emploi des dispersants selon les pays partie (annexe P).

Aujourd’hui, en 2016, la nouvelle version du plan RAMOGEPOL permet d’intégrer notamment un dispositif de prévention entre les pays membres en cas d’observation d’objets ou de cétacés à la dérive, pouvant engendrer un risque pour la navigation (Annexe L’).

Exercice d'entrainement : Mise en place d'un barrage
Cette constante mise à jour témoigne que la coopération établie entre les trois pays depuis sa création est toujours intense et qu’elle se nourrit de l’expérience acquise lors des exercices de lutte contre les pollutions et des nombreux échanges au sein des partenaires de l’Accord.

A présent, de prochaines réflexions vont se porter sur la rechercher de procédures encore plus rapides, qui permettent de réduire le temps entre les échanges d’informations, afin de garantir une plus prompte intervention, cruciale en cas de crise de pollution.

Afin de tester l’efficacité du plan RAMOGEPOL, des exercices de simulation de lutte contre les pollutions accidentelles sont régulièrement organisés. Ces exercices, grandeur nature, permettent d’évaluer la réactivité des moyens mis en œuvre et d’apprécier l’interaction entre les organisations des trois pays. Ces expériences contribuent à faire évoluer l’efficacité de cette coordination multilatérale.